SPORT ET PERFORMANCE

Thérapie Flandre Lys - Sport et performances
Thérapie Flandre Lys – Sport et performances

Sportifs : les secrets d’une bonne préparation mentale pour développer votre potentiel.

Le sportif quel qu’il soit, athlète, de bon ou haut niveau, ou encore champion, traverse de multiples phases qui l’accompagnent inévitablement toute sa vie et qui est d’autant plus décuplé durant les phases de préparation de compétition.

Des moments de joie, de doute, de peur, des failles

Être sportif ce n’est pas un statut qui limite la personne à cette seule identité.

Avant d’être sportif, on est avant tout une personne, un homme/une femme, un fils/une fille, un frère/une sœur, un époux/une épouse, un ami/une amie, un partenaire pour quelqu’un.

La défaite n’est jamais agréable quand on se prépare pour gagner. Elle est même douloureuse. On peut néanmoins en faire une force pour construire notre identité. Car la souffrance intérieure qu’on a vécue fait qu’on fera par la suite les efforts nécessaires pour ne plus revivre ce type de situation.

Une bonne préparation mentale nécessite d’assumer ses choix, les provocations, les moqueries, les différences. Autant d’éléments pouvant être un frein pour le développement et l’exploitation du potentiel pour atteindre une performance.

La thérapie dans le sport : atout majeur

Voir un thérapeute ou un psychologue peut être vécu comme un aveu de faiblesse, surtout dans un milieu de compétition où l’on doit prouver sa domination sur l’autre pour prétendre à la victoire finale. On peut voir aussi tous les avantages d’un accompagnement adapté. En faire une vraie force pour potentialiser ses ressources. Traiter toute contrariété du quotidien. Toute peur par anticipation pour se sentir parfaitement libre psychologiquement d’exploiter son potentiel dans les meilleures conditions. Avec pour maître mot de n’avoir AUCUN REGRET. Il vaut mieux en effet avoir des remords que des regrets « et si j’avais fais ça qu’est-ce que ça aurait donné ? ». Les regrets sont souvent les meilleurs moyens de souffrir en restant dans l’image du passé qui aurait pu être différent s’il y avait eu d’autres choix. On ne peut pas revenir sur le passé.

 

Une des clés du succès : la résilience

Cette capacité que l’on peut tous avoir si on est bien guidé pour faire d’une faille une force. D’une défaite douloureuse, car vécu comme injuste, comme ayant été impuissant à cet instant, comme une humiliation, ou tout simplement pas suffisamment préparé, un élément déclencheur. Créer des changements, faire autrement, s’adapter, se reconstruire dessus pour sublimer tout son potentiel. Les vainqueurs ne sont pas toujours les plus forts, mais les mieux préparés, les mieux armés.

 

La victoire n’est pas une fin en soi

 Gagner est un objectif. Et repartir après une victoire fait partie des défis les plus durs dans une carrière. Ne pas s’arrêter à un objectif. Repartir de zéro pour que la victoire ne soit qu’une étape vers un autre objectif.

Atteindre le toit du monde n’est pas toujours le plus compliqué. Y rester est souvent bien plus difficile car on est plus attendu, observé, ciblé. Pour pouvoir affronter cette période à venir, cela nécessite d’être parfaitement préparé mentalement et psychologiquement . L’échec a pour vertus d’être une expérience pour prendre des enseignements pour les fois suivantes afin d’évoluer, avoir une préparation stratégique.

Les victoires se gagnent aux entraînements, aux capacités intrinsèques de l’athlète. Elles se gagnent aussi et surtout au mental. C’est le mental qui nous fait avancer pendant les difficiles reprises d’entraînement. Quand il faut se remettre en condition et dans ces moments douloureux où l’on peut se sentir en difficulté.

 

La thérapie dans le sport : objectifs

La thérapie dans le sport a pour objectif d’aider l’athlète à libérer ses ressources. Le guider pour traverser au mieux ses émotions afin qu’elles soient de réels moteurs pour les performances.

C’est aussi l’accompagner dans sa SENSIBILITÉ au contexte qui l’entoure.

Sensibilité dans la conception la plus noble chez le sportif: les SENS qui sont tous en éveil, totalement développés. Et qui, s’ils sont bien exploités vont construire le sportif pour renforcer pleinement son identité, ses ressources. Tous ces facteurs qui permettent de réussir à faire face MALGRE TOUT.

Le travail en thérapie est aussi de guider vers la confiance en soi pour croire en soi, en ses ressources et capacités. Ainsi qu’en son potentiel pour toujours arriver à se surpasser. Apprendre à prendre plaisir, à s’étonner, et apprendre à prendre conscience de son potentiel intrinsèque, et à dépasser ses axes d’amélioration.

La réussite est comme une recette de plusieurs éléments. On peut notamment retrouver les capacités intrinsèques, la préparation physique et mentale. Arriver également à dépasser ses idées ou fausses croyances. Savoir saisir certaines opportunités qui se présentent à soi. Qu’elles finissent par être agréables ou douloureuses car elles ne seront qu’une expérience dans votre vie, une étape pour un avenir différent.

 

Belle est la victoire, plus belle sera la gestion de l’après

 L’un des paramètres sur lequel le sportif doit se préparer est aussi réussir à gérer l’après victoire. Cela n’est parfois perçue chez les personnes extérieures comme une normalité et qui n’observent que le résultat final. Ce n’est pourtant que la vitrine d’un instant T au moment de la compétition et qui ne représentent en rien le travail nécessaire pour accéder à ce but. D’où l’importance d’une bonne préparation pour maintenir et renforcer l’appétit du toujours plus. Avec le piège de se dire que l’on est dans le vrai, que l’on a la bonne recette et qu’il ne faut rien changer. Car les perdants d’un jour seront les affamés d’une fois suivante, pour dominer à leur tour. Cela nécessite cette volonté d’évolution comme marqueur d’une palette plus complète pour s’adapter aux situations servant le compétiteur. Et ce, aussi bien dans sa vie sportive/médiatique, que dans sa vie personnelle/sentimentale/familiale.

La thérapie dans le sport a donc un intérêt dans cette phase. Pour qu’un sportif puisse pleinement se développer dans sa passion/son métier, dans son art, il est plus que nécessaire qu’il se sente bien dans sa tête, sa vie quotidienne, pour être tellement focalisé sur ses objectifs et les prochaines échéances à venir.

La victoire est ainsi le fruit du sens accordé aux absences passées autour des siens. Comme une justification à tous ces sacrifices nécessaires pour atteindre ses objectifs.

 

Blessures/ rechutes : la peur d’avoir peur

La vie d’un sportif peut également être jalonnée de blessures. On peut traverser des moments de doute ou peur. A vrai dire, dans le haut niveau on est très rarement à 100% de ses capacités. Il existe toujours des douleurs ou sensations désagréables, auxquels on finit par s’habituer. C’est aussi et surtout la réalité d’une carrière professionnelle comme revers de la médaille. Bien loin des apparences que l’on peut avoir avec un regard extérieur à ce monde. Ces douleurs peuvent être difficiles, notamment lors des reprises. On peut en effet facilement vivre à travers une peur anticipatoire. La peur d’une rechute ayant un impact dans les mouvements. Devenant à la fois moins naturels, et avec le risque de nouvelles blessures. On y va parfois un peu moins franchement, plus dans la retenue. Ce qui est une réponse logique en soi et qui peut aussi avoir une répercussion sur votre santé.

.

L’addiction comme tentative de solution

Dans le sport de haut niveau, l’exigence de contrôler son hygiène de vie pour éviter que ça ne soit un frein aux résultats, peut aussi expliquer la frustration du peu ou pas d’écart, pour favoriser la tentation des addictions quelles qu’elles soient : tabac, alcool, médicaments, substances toxiques, sexe et aussi et surtout l’ennemi numéro 1 : LE SUCRE.

Une limite du sportif est d’intérioriser tout, et notamment les doutes, tracas, les difficultés. Car le piège à cet instant est que cet ensemble d’éléments inhibent la performance que l’enjeu requiert.

 

Intelligence émotionnelle : propre aux grands sportifs

Les variations émotionnelles (colère, tristesse, peur) demandent une dépense d’énergie importante qui peut facilement faire passer à côté de l’événement et des objectifs fixés.

L’accompagnement en thérapie a la visée de développer l’intelligence émotionnelle sur laquelle s’appuyer pour qu’elle réponde plus à ce que l’on est, à ses valeurs et au sens que l’on accorde pour éviter de se disperser, de parasiter son esprit comme un élément toxique réduisant à petit feu ses capacités.

Garder toute cette intelligence émotionnelle pour aller chercher, puiser tout ce qui est nécessaire pour progresser, se sublimer.

La capacité à bien s’entourer, d’apprendre à écouter ses besoins, suivre son instinct et saisir les opportunités qui peuvent s’offrir à soi.

Développer ses capacités et son potentiel sont un mélange de plein d’éléments: des capacités intrinsèques, de la préparation physique et mentale, de l’entourage gravitant autour de soi comme essence même d’un équilibre suffisamment satisfaisant pour permettre de libérer au mieux le potentiel, pour atteindre les objectifs

L’une des clés du succès est donc de guider au mieux l’athlète à atteindre un équilibre satisfaisant et durable dans le temps.

 

J’espère que cet article a permis de vous éclairer sur tout ce qu’un accompagnement pourra vous apporter dans vos performances futures.

Bien sûr sentez-vous libre de commenter, partager, et me contacter si vous le désirez.

Prenez bien soin de vous, à très bientôt.

Thérapie Flandre Lys.

Vous aimerez aussi
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Laisser un commentaire